VE2DPE: un radioamateur qui aime partager

Je suis devenu un radioamateur à travers l’écoute des ondes courtes et parce  l’électronique m'intriguait.

Les ondes courtes du radioamateur en herbe.Les ondes courtes de mon enfance (Source: Google Images)
Un radioamateur et l'électroniqueL'électronique

J’ai hérité ces deux passions de mon oncle. Quand j’étais petit, je l’observais souvent réparer des appareils radio et téléviseurs à lampes dans son atelier au sous-sol.

Je me souviens encore très clairement de l’odeur de la soudure et des condensateurs électrolytiques.

Mais je suis tombé éperdument amoureux des ondes courtes quand, un jour, il a allumé un récepteur radio qu’il venait tout juste de réparer. J’avais alors environ 7 ans.

Je n’oublierai jamais ce jour-là.

Mon indicatif d’appel

Logo du club radioamateur de Montréalwww.marc.qc.ca

En 1973, je me suis éventuellement inscrit à une formation pour devenir un radioamateur. Elle était donnée par le Club radioamateur de Montréal (MARC). Les instructeurs et les membres du club me furent d’un grand secours.

Peu après avoir réussi l’examen - niveau de base – et l’épreuve du code Morse à 5 mots/minute du Ministère, j’ai obtenu mon indicatif d’appel VE2DPE.

Plaque d'immatriculation automobile radioamateur au Québec, Canada.

L’année suivante, j’ai réussi l’examen avancé et l’épreuve du code Morse à 12 mots/minute. Eh, oui. C’était la belle époque du code Morse obligatoire!

J’ai alors fait la demande et obtenu ma plaque d’immatriculation automobile personnalisée.

Je n’ai jamais changé d’indicatif d’appel depuis. Il faisait, désormais, partie de mon identité.

⬆︎

Mon premier émetteur

Je nourrissais ma passion pour la radio à ondes courtes, depuis la fin des années ‘50, en dévorant les articles sur l’électronique dans la revue Popular Mechanics (qui n’est plus publiée depuis des années maintenant).

Un jour j’ai construit mon premier émetteur en modifiant une récepteur AM de table à l’aide d’un article paru dans cette revue. J'avais à peine 11 ans.

Ma soeur pouvait écouter mes transmissions à l’aide d’un des premiers appareils radio portatifs de l’époque. Transmettant à partir de ma chambre au deuxième étage je pouvais la voir sauter de joie dans la rue en entendant ma voix.

Ce fut le coup de foudre. J’étais, dès lors, irrémédiablement mordu! À partir de ce jour, le rêve de devenir un radioamateur un jour avait commencé à germer.

⬆︎

Mon premier récepteur pour radioamateur

Mon premier récepteur pour radioamateurHQ-180 (Source: www.eham.net)

J’ai acheté mon premier récepteur conçu pour radioamateurs en 1972. C’était un Hammerlund HQ-180 usagé.

Alors que toutes lumières étaient éteintes dans la pièce, j’adorais regarder les cadrans ambrés et l’aiguille du S-mètre osciller, tout en écoutant des voix provenant de pays lointains et fascinants. C’était enivrant. Ce l'est encore, d'ailleurs!

Je ne savais à peu près rien du fonctionnement des antennes, à l’époque. J’avais installé un bout de fil d’une dizaine de mètres sous la corniche de la maison que j’habitais à l’époque. Nul besoin de vous dire que je n’obtenais pas les meilleurs résultats possible avec une telle installation!

Je pouvais pratiquer la réception en CW (code Morse) pendant des heures. Je mettais à l’épreuve ma capacité à comprendre correctement ce que je recevais . . . pendant que ma femme mettait sa patience à dure épreuve!

À l'époque, nous n’étions mariés que depuis deux ans. Elle est encore aussi patiente après des décennies. La femme idéale d'un radioamateur! :)

⬆︎

La station d'un radioamateur: ma première

Ma première station radioamateur en 1974Ma station en 1974

J’ai fait mes premières armes en onde sous l’indicatif d’appel VE2DPE avec un émetteur-récepteur Heathkit HW-101 que j’avais assemblé pendant que je suivais les cours du MARC.

Mais, à peine deux ans plus tard, comme on peut apercevoir sur la photo ci-contre, j’opérais déjà avec de l’équipement un peu plus sophistiqué:

Mon émetteur-récepteur en 1974: un Drake TR-4DRAKE TR-4
  • Je fis l’acquisition d’un Drake TR-4. C’était un appareil moderne, à l’époque. Il était de type hybride parce qu’il était doté d’un VFO et oscillateur local transistorisés ce qui lui conférait une plus grande stabilité que mon “vieux” HW-101. Toutes les autres sections de l’appareil fonctionnaient cependant encore à lampes.

  • J’utilisais alors un transformateur d’impédance d’antenne que j’avais construit avec des pièces provenant de vieux émetteurs militaires de la Seconde Guerre mondiale: condensateurs variables (air variable capacitors) et bobine d’induction variable avec curseur mobile (roller inductor).

  • Un processeur audio pour le microphone que j’avais construit à partir d’un article paru dans la revue QST.

  • Un vieux générateur de signal à lampes (sur la tablette) que j’utilisais, de concert avec un oscilloscope Eico (à lampes aussi), lorsque j’expérimentais avec de nouveaux circuits. Je les utilisais également lorsque je calibrais mon TR-4.

  • Un multimètre (VTVM) à lampes.

  • Et, bien entendu, ma “pioche”: une simple clé traditionnelle pour le CW.

Le simple fait de décrire ma première véritable station radioamateur me rappelle d'agréables souvenirs, liés à la découverte d'un Nouveau Monde.

Un radioamateur, le moindrement passionné, ne cessera généralement jamais d'explorer pour découvrir et exploiter de nouvelles technologies qui rendront son passe-temps sans cesse plus passionnant. C'est mon cas!

⬆︎

Ma station radioamateur aujourd’hui

Après avoir utilisé un IC-735, pendant des années, avec un transformateur d’impédance d’antenne MFJ Versa Tuner II, une antenne HF “Carolina Windom” pour les bandes HF de 80 à 10 mètres et un IC-28H avec antenne Cushcraft Ringo Ranger II pour le 2 mètres – voici l’équipement qui compose ma station aujourd’hui:

Ma station de radioamateur en 2018Station radioamateur de VE2DPE

  • ICOM IC-7200 HF XCVR;
  • Antenne HF dipole OCF fait maison pour 80 à 6 mètres (hors photo);
  • Casque d’écoute Heil Pro-set Elite avec micro IC;
  • Transformateur d’impédance (tuner) automatique LDG AT600-Pro; 
  • FLEX-1500 QRP SDR XCVR; 
  • Transformateur d’impédance (tuner) automatique LDG Z-11 Pro II; 
  • Récepteur SDR haute performance QS1R; 
  • Clé CW P1-Touch de cwtouchkeyer.com; 
  • Yaesu FTM400-XDR VHF/UHF XCVR (hors photo);
  • Antenne VHF/UHF Diamond SG7900NMO;
  • Bloc d’alimentation Daiwa PS-304 (un fidèle serviteur depuis 1990!).

Incidemment, j’en aurai éventuellement plus à vous dire concernant la technologie SDR (software defined radio) ailleurs sur ce site.

⬆︎

Un radioamateur aime partager sa passion

VE2DPE - un radioamateur qui aime partager sa passionVE2DPE

Je fais la promotion du radioamateurisme depuis 2008 à l’aide d’un site Web en anglais HamRadioSecrets.com, et maintenant à l’aide de ce site en français depuis janvier 2018.

C'est mon nouveau passe-temps. Il est directement relié au radioamateurisme. Il en est devenu une extension naturelle.

Je m'adonne au radioamateurisme depuis 1973 - donc, depuis très longtemps! J'ai vécu suffisamment d'expériences, et acquis de connaissances, que je pourrais écrire un livre!

Je l'ai d'ailleurs fait, du moins en partie. J'ai publié quatre livres (en anglais), en format numérique, dont le sujet porte sur les antennes HF pour radioamateurs.

Mais, je ne connais pas de meilleur moyen - pour rejoindre ceux et celles qui désirent découvrir le radioamateurisme - que de partager mon savoir sur un site Web comme celui-ci.

Je vous reparlerai du potentiel inouï que constitue un site Web qui aura été conçu spécifiquement pour répondre aux attentes d'un public bien ciblé. Je vous assure que c'est un passe-temps aussi passionnant que le radioamateurisme - pour qui aime écrire pour expliquer et vulgariser, comme moi!

Comme je le disais sur ma page d'accueil, un radioamateur est un individu curieux. Il s'adonne rarement exclusivement au radioamateurisme. Il a souvent d'autres champs d'intérêt - qu'il aimera aussi partager avec passion.

⬆︎

VE2DPE est membre en règle des organismes suivants:

Logo de RAC - Radio Amateurs du Canada
Logo de RAQI - Radioamateurs du Québec inc.
Logo de CRALI - Club Radioamateur de Lanaudière inc.